Le curé de notre groupement paroissial : berger et pasteur

Vous êtes ici

Le Père Charles-Henry Huguet, curé du groupement paroissial d'Ablis, se présente :

Très vite après leur mariage, mes parents se sont installés à Versailles. Je suis né le 5 octobre 1977 à Paris dans une famille de 5 enfants. Mon parcours scolaire a toujours été un peu chaotique du fait de mon manque d’attention en classe. Je suis tout de même arrivé à passer le bac ! Je me suis orienté par la suite vers une école de commerce et des études de philosophie à la Sorbonne pour travailler dans le domaine des Ressources Humaines.  Après une brève période dans la Marine Nationale, j’ai travaillé dans une grande entreprise dans la Gestion des compétences.

Je suis entré à 28 ans au séminaire de Versailles, en commençant tout d’abord mon discernement par une année propédeutique (2005) puis deux ans au séminaire de Versailles à Chatou puis quatre années chez les Jésuites à Bruxelles. J’ai été ordonné prêtre le 24 juin 2012 à la Cathédrale de Versailles par Monseigneur Éric Aumonier. Ma première mission a été celle d’être vicaire à Rambouillet pendant trois ans avant de devenir curé du groupement paroissial d’Ablis depuis 2015.

À l’âge de 8 ans, j’ai été servant de messe et louveteau. C’est à ce moment-là, en préparant ma promesse que le Seigneur m’a proposé de le suivre en devenant prêtre. Ce n’est que 20 ans plus tard que j’ai franchi le cap de répondre au Seigneur. Pendant ce temps-là, l’appel murissait et se discernait. Le plus important pour moi était d’être là où le Seigneur me voulait. Mes grands amis ont toujours été le Seigneur, la Sainte Vierge avec saint Joseph, mon Ange Gardien et les saints qui plaidaient ma cause auprès du Bon Dieu car je me suis toujours senti très pauvre face aux missions qui m’étaient confiées. Je dois beaucoup à la Providence qui m’a fait rencontrer sur ma route les gens dont j’avais besoin pour avancer à la fois dans ma vie personnelle, humaine, affective mais aussi spirituelle avec de belles figures qui me marqueront à vie.

Je suis à présent un prêtre heureux, comblé par la diversité de mon ministère. Mon désir le plus cher est de faire comprendre aux personnes que je rencontre que malgré les aléas de la vie, nous sommes profondément aimés par le Seigneur et que c’est Lui qui donne du sens à notre vie…  La sainteté n’est-elle pas la pauvreté mendiante d’amour ?